Golem at MANCA 2017

DSCF0684 The staging includes a calligraph (Frank Lalou), a soprano (Elodie Tisserand), and the public. Indeed, this show was probably one the first (maybe the first) show where the public was active in using smartphones to control the sound during two scenes, in a mode we call Massively Interactive Music (MIM).

The basic concept of MIM is to elaborate systems where the control of the scene is moved or partly moved from the actors, musicians, and even composer to the public. Massively means that the public can range from some individuals to hundreds of people. This asks several questions in terms of system, technical and musical architecture, human interface, programming and even sociology. The basic and static scheme of music production through composer, musician, spectator is disturbed. The level of possible interactions literally explodes. If we consider the actors implied in a basic MIM system we have at least: the individual, the public, the interactive system, the system controller and the sound system. These five levels bring !5 = 120 interactive paths. In case of a soloist in concert we have 2 paths of interaction (public-> soloist, soloist-> public), an orchestra with a chief bring !3 = 6 paths of interactions.

One goal of this show was to address the MIM concept with a first prototype of interactive sysDSCF0710tem based on Hop and HipHop, which was able to control an Ableton Live set. The choice of Ableton for controlling the sounds was mainly due to the model of synchronized “clips” implemented in Live. This model largely used, not only in popular music, has the advantage of being quite simple to approach, and it benefits from a reliable implementation. This is nevertheless not the only model possible, and researches on MIM will certainly propose more complex paradigms.

Filigranes

Voici un interview que m’a accordé l’excellente revue littéraire Filigranes en 2016.

Plus que mon texte, je vous recommande celui d’Arlette Anave, « La musique, une matière contemporaine ? » plutôt vers la fin. 🙂

 

 

 

Interaction Public – Scène

Les outils de MAO ou d’informatique appliquée à la musique sont essentiellement orientés sur le compositeur ou les musiciens. Il y a peu de chose du côté de l’interaction avec les spectateurs alors que les technologies s’y prêtent bien à présent. Je travaille actuellement avec l’INRIA sur le développement de solutions à partir des langage Hop et HipHop qui reposent sur Javascript. Il s’agit non seulement d’inventer des nouveaux moyens d’interagir , mais aussi d’introduire des concepts informatiques utilisés dans l’automatique comme la programmation Réactive Synchrone.

Plusieurs challenges se présentent, à la fois technique sur l’utilisation d’outils complexe mais aussi sur la façon même de concevoir une spectacle.

Notre première échéance est le festival MANCA 2017 avec le spectacle GOLEM.

La musique contemporaine et après ?

Voici un excellent interview du musicologue Bruno Moysan.

La querelle date de 2013, quand Jérôme Ducros a lancé une vive polémique sur la question tonal vs. atonal au collège de France.

Cette analyse n’est pas simpliste, ni partisane. Elle se positionne sur un registre historique et idéologique qui a le mérite d’apporter du recul sur le sujet.

Par ailleurs, j’avoue avoir eu une réaction du même type que Bruno Moysan à la conférence de J. Ducros. Je cite B. Moysan:  » C’est peut être un des mérites de cette conférence à la fois passionnante et drôle, caustique, cruelle, beaucoup plus profonde qu’elle n’en donne l’impression au premier abord, que de nous amener à réfléchir sur ce qu’elle se refuse d’évoquer. Cette brillante et réjouissante piqûre de rappel, j’ai moi-même beaucoup ri, nous montre tout simplement, que depuis la fin du style classique, de la tonalité classique et ce jusqu’à aujourd’hui, c’est la tension entre le langage tonal et le langage atonal, beaucoup plus que le fait que le langage atonal ait vaincu au XXe siècle la tonalité sous l’effet d’on ne sait quel sens de l’Histoire, qui structure nos deux cents dernières années de musique. »

Musique contemporaine en France

Selon l’article de Makis Solomos sur les évolutions récentes de la musique contemporaine en France, il y a 4 mouvements principaux :

1) Le son : Varèse, Xenakis, Shaeffer, Heny, Bayle, Mâche, le spectral, Eloy

2) La structure : Leibowitz, Boulez, Barraqué, Amy, Nunes j’ajouterais Mantovani, Dusapin, Manoury

3) Les libertaires : Boucourechliev

4) Modernité et tradition : Messiaen, Ohana, Dutilleux, Ballif. J’ajouterais Florentz et Escaich

Je pense qu’il manque les néo-tonals : Beffa, Conesson, Campo, Bacri…

C’est en tout cas un travail intéressant et clair.

Musique : art des sons ou art des muses ?

Voici ma position assez simple sur un à-peu-près sémantique qui me gêne. On définit régulièrement la musique comme l’art des sons, en faisant une référence honorable à Rameau. C’est à peu près comme si l’on définissait la photo comme l’art des pixels ou la peinture comme l’art des couleurs. Le son est le « support physique » de la musique, ce n’est pas « la musique ». Messiaen définissait la musique comme l’art du rythme. Je suis plus à l’aise avec cette définition.
Ceci dit, il ne s’agit pas de dénigrer l’art des sons qui est une véritable discipline avec de grands artistes, de grands techniciens et d’importants festivals.
L’origine de ce glissement sémantique assez facile à expliquer. Il apparaît au moment où les lumières faisant la chasse à l’obscurantisme, font un effort louable pour donner une dimension physique aux idées et donc aux arts. Là encore la démarche est louable et il n’est pas question de discuter « les lumières ». Le problème est qu’au 18eme siècle on a eu aussi un peu tendance à jeter le bébé avec l’eau du bain.
En première approche donc, pour faire de la musique et non de l’art des sons, il faut revenir à sa définition, « ce qui concerne les muses ». C’est un long programme assez différent de l’art des sons ou du langage, mais nettement plus motivant.

Mon nouveau site Web

Bonjour,

Ce jour voit la naissance de mon nouveau web.

Il s’agit donc d’un premier message. Qui sera suivi de beaucoup d’autres :). Le site est encore en chantier, donc soyez bienveillant.